Les habits neufs de l'Empereur

En réfléchissant à la façon dont je pourrais vous souhaiter une bonne année, je me suis demandé ce que cette année m'avait apporté. De nouveau. Car c'est une des choses auxquelles je suis sans doute le plus sensible aujourd'hui : comment ne pas stagner dans ma vie, dans ma manière de penser, d'agir autour de moi, comment me débarrasser de mes vieux habits (au propre comme au figuré). J'adore ce titre du conte d'Andersen "Les habits neufs de l'Empereur". Il m'évoque le renouveau, tout  ce qu'on laisse derrière soi de veilles habitudes, de vielles ruminations, de vieilles sédimentations de soucis qui assombrissent nos vies. Alors voici un petit "digest" des personnes ou des choses qui m'ont fait du bien cette année, qui m'ont fait -j'espère- un peu évoluer vers plus de légèreté, de vie, de liberté.

Le Grand Cyrulnik



Je sais bien que vous ne m'avez pas attendue pour l'apprécier, mais il faut revoir l'émission "La grande librairie" où il est récemment venu présenter son dernier livre "La folle histoire des idées folles en psychiatrie". Et l'entendre dire avec le plus grand sérieux : "Hitler avait décrété qu'il y avait une race supérieure, celle des blonds aux yeux bleus. Je n'adhère pas du tout à cette théorie, car je pense que la race supérieure, ce sont les chauves." Avant d'ajouter avec un sourire malicieux : "Voilà, c'est ça la folie".

Son humanité, son humour, sa modestie, la façon dont il s'écarte de tous les sentiers battus, de toute forme de vanité,  ("Mes diplômes sont débiles", qui a le courage de dire ça??), dont il nous aide à être "tout simplement" plus heureux et un peu plus intelligents font de lui un vrai bienfaiteur de l'humanité, rien moins. Chacune de ses paroles nous fait avancer. Et puis avoir été le premier à parler de résilience, à dire que non, nous ne sommes pas condamnés à porter nos fardeaux toute notre vie, ce n'est tout de même pas rien.
Merci Monsieur Cyrulnik.


Jack London






Dans mon panthéon romanesque, j'ai deux héros depuis des décennies : Lawrence d'Arabie et Jack London. L'oeuvre de Jack London vient de paraitre dans la Pléiade, suprême consécration. Depuis que j'ai lu "Martin Eden" à l'age de 20 ans, je suis fascinée par l'histoire romanesque et tragique de cet homme qui évoque pour moi les vertiges de la liberté, du monde sauvage et des paradis perdus, mais aussi la compassion envers "Le Peuple d'en bas", titre d'un de ses premiers livres, les déchirements intérieurs, la quête de la connaissance. Réduit à tort à un écrivain pour la jeunesse, London fut un homme ambigu, viscéralement socialiste mais capable de déclarations racistes, qui disait de  lui "je n'ai pas cessé d'écrire des livres qui ont raté leur cible".

Je viens d'acheter un livre de lui dont je n'avais jamais entendu parler, "La petite dame dans la grande maison", publié en 1916, qui fit hurler au scandale l'Amérique bien -pensante, par son évocation d'un amour libéré des convenances (un ménage à trois), mais aussi (c'est ce que dit la quatrième de couve), "parce qu'entre les lignes, il s'agit d'un véritable manifeste du libre choix amoureux que la société si longtemps refusa à la femme. Un London étrangement féministe".




Sonia Rykiel


Je n'éprouve aucune fascination pour la mode, pour être même un peu directe, c'est un domaine dont je me contrefiche, avec -désolée pour les amoureux de la mer- le Vendée Globe, les voitures et le CAC 40, entre autres. 

Quand j'étais jeune, être élégante, c'était s'habiller comme sa mère. Au-delà, planait le redoutable risque de faire "mauvais genre", terreur de tous les parents "convenables".
Mais dans les années 70, les choses ont changé, et Sonia Rykiel (avec d'autres), y ont largement contribué. Je devinais chez elle un rapport nouveau à la féminité.  Elle a apporté sa pierre au vent de libération qui a soufflé sur la mode, sur les plages, sur les femmes en général. Les ourlets visibles, les pulls qui avaient l'air d'être portés à l'envers, ça n'a l'air de rien, mais dans l'univers guindé des femmes de cette époque, c'était une petite révolution, une forme d'insolence libératrice.
Je m'étais acheté une robe chez elle, et mon amoureux d'alors m'avait dit : "j'adore cette robe, elle est sexy sans en avoir l'air". C'était ça : "Sonia" nous a appris à être sexy sans en avoir l'air, au début du moins, puis plus ouvertement, et à l'assumer. Elle m'a appris que le vêtement pouvait avoir un rôle plus important que je ne l'avais imaginé, elle nous a appris la féminité sans mièvrerie, conquérante et douce à la fois. Et sa disparition a fait remonter tous ces souvenirs, avec un peu de nostalgie, avec la reconnaissance que l'on éprouve pour ces personnes que l'on ne connait pas, mais qui ont marqué, d'une manière ou d'un autre, un moment de votre vie.


Chögyam Trungpa



Son nom ne vous dit peut-être rien, mais son rôle a été considérable dans l'enseignement du Bouddhisme en Occident. Il fut l'un des premiers Maitres spirituels (dans les années 70)  à comprendre l'avenir qu'avait  le Bouddhisme à l'étranger, et à le présenter au public occidental.

Moine iconoclaste aux méthodes parfois controversées, ami des poètes de la Beat Generation, il fut un pont entre les deux cultures et s'opposa à une forme d'enseignement archaïque du Bouddhisme, ce qui lui valut beaucoup d'ennemis.
Je l'ai peu lu -je l'ai découvert récemment-, mais pratiquant la méditation de Pleine conscience depuis un bon moment, ses enseignements, bien qu'assez obscurs parfois, m'ont aidée à mieux en comprendre la complexité. Ils ouvrent un nouvelle voie à ceux qui s'intéressent à la spiritualité, à la fois respectueuse des enseignements traditionnels et en même temps accessibles aux occidentaux.

Je voudrais terminer par un livre de cuisine qui m'a été offert, le plus incroyable, le plus drôle, le plus complet et étonnant qu'il m'ait été donné de lire :
"On va déguster" de François -Régis Gaudry "et ses amis".


Et dédicacé s'il vous plait!!!




Émanation de l'émission éponyme de France-inter, ce livre est à la fois une encyclopédie, un inventaire à la Prévert de tout ce qui touche de près ou de loin à la gastronomie. Il est si riche, si drôle, si inattendu, que j'ai du mal à choisir les chapitres qui pourraient le présenter. On y trouve, pêle-mêle :
Des recettes tirées de la littérature,  (entre autres, la tarte amandine de Cyrano), du cinéma, (le fricandeau à l'oseille de Claude Chabrol), de véritables leçons sur les spaghettis, la paëlla ou la bouillabaisse, des "matches" (de clafoutis, de tartes au citron etc..), tout sur le jambon, des recettes de pâtisserie yankee ou de grands classiques vietnamiens, un étonnant chapitre intitulé "Quand manger tue", recensant des cas de morts par la nourriture, comment ciseler un oignon en 5 étapes etc...
Ce livre se lit comme un roman, répond à une multitude de questions que nous nous posons tous, je crois : quelles pommes de terre pour quel usage, comment ne pas rater un couscous, ou quels mélanges de saveurs combiner? Mais aussi à d'autres, plus étonnantes : un oeuf de mouette, ça a quel goût,  que collectionne un cassanuxiphile*, comment Escoffier a-t-il inventé la pêche Melba? Il contient des centaines de recettes, de faux-pas à éviter, d'anecdotes et de portraits. Il est quasiment devenu mon livre de chevet. C'est un vrai trésor qui va très au-delà du livre de cuisine.

"On va déguster"
François-Régis Gaudry et ses amis
Marabout - 35 €


Il me reste à vous souhaiter une merveilleuse année, pleine de surprises heureuses, de bonheurs inattendus, de moments parfaits. Une année de liberté, de légèreté, de découvertes de nouveaux territoires.

Happy new year to all my American friends and followers!!!!!

Je vous embrasse.

Posté le 1er janvier 2017 dans "J'ai vu, j'ai lu"

PS : * le cassanuxiphile collectionne les casse-noix...

26 commentaires:

  1. bonne année à toi et surtout de belles rencontres

    RépondreSupprimer
  2. Quelle belle façon de souhaiter une bonne année....Monsieur Cyrulnik bien sûr, son moment sur les chauves restera dans les annales, ne pas oublier François Cheng...Christophe André....ces hommes éblouissent notre quotidien et nous aident à avancer. Avez-vous vu l'émission sur les Trésors de La Haute Couture sur France 5? Un grand moment de bonheur pour moi, ces trésors de broderie...de dentelles...ces tissus....Lire aussi " Ta deuxième vie commence quand tu comprends que tu n'en n'as qu'une" un livre facile mais qui nous aide à poser les bonnes questions...et que dire de ces blogs, pinterest, internet qui nous aident à communiquer...un univers fabuleux...un tournant auquel nous assistons en direct....bref, que de belles choses à découvrir encore et que Dieu ( qui que ce soit) nous prette vie...

    RépondreSupprimer
  3. Chère Marie-Paule
    C'est un vrai délice de vous lire ce matin ... vous me mettez du baume au coeur pour la journée. Votre billet est merveilleux. Vous êtes une bien belle personne. A mon tour de vous souhaiter une très bonne nouvelle année. Je vous embrasse aussi. Donner l'exemple n'est pas le principal moyen d'influencer les autres, c'est le seul moyen. A Einstein

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Patrick,

      Merci infiniment de ce très gentil message. C'est drôle, on m'a cité cette formule récemment, et je l'ai lue également dans une interview de Pierre Rabbi. Curieuse synchronicité..

      Je vous souhaite également une très belle année. A bientôt,

      Marie-Paule

      Supprimer
  4. Seul un petit garçon perdu dans l'immensité de la foule, s'écrie : "Mais l'empereur est tout nu." Là où tout les autres s'extasiaient sur la beauté des habits neufs créés par des illusions, des paroles... Tout était faux... Un seul est relié à ce qui est.
    Je te souhaite pour cette année et toutes les autres de retrouver le chemin de ce qui est. La route est très très solitaire mais il suffit de la prendre pour goûter l'air neuf.
    Pars...

    RépondreSupprimer
  5. Quel délice cette lecture pour ce premier lundi de la nouvelle année ! Merci !
    Je connais les trois premiers et en approuve l'analyse : le premier m'a beaucoup aidé et m'aide encore . J'aime la liberté de Sonia Rykiel avec sa coiffure qui en est sa signature. Je ne connais pas les deux derniers mais j'ai déjà noté le nom de ce dernier livre .
    J'envoie toujours mes voeux aux personnes les plus chères : en vieillissant la liste s'est réduite : on fait des choix , on ne s'encombre plus de l'hypocrisie de beaucoup .
    Faire des voeux est facile mais faire le constat qu'à la fin de l'année , ils n'ont peu se réaliser , m'attriste toujours MAIS souhaiter aux autres qu'ils aient une bonne santé , du bonheur et de la joie auprès des leurs ...c'est élégant et toujours sincère .
    Bonne année !!! je ne fais plus le souhait à part celui d'avoir enfin confiance en moi pour ouvrir enfin mon blog mais surtout , égoïstement , j'ai besoin de lire ceux des courageuses , des inspirées , des talentueuses , des généreuses (tien ???que des femmes?) MERCI ! je vous embrasse .

    RépondreSupprimer
  6. Ma chère Marie-Paule, BONNE 2017!Comme d'habitude, je quitte votre billet ayant appris un tas de nouveaux mots. Le contexte dans lequel je les apprends c'est votre style de mélanger le humour, les références culturelles et l'élegance de votre prose. Votre billet me donne l'envie d'aller tout de suite acheter ces livres! Alors, je vous souhaite, et nous tous, une année merveilleuse d'apprendre et d'inspirer! BISOUS!

    RépondreSupprimer
  7. Isabelle colonel2 janvier 2017 à 04:31

    Bonjour Marie-paule,
    Merci pour ce merveilleux billet... a mon tour de vous souhaiter une bonne et heureuse année, remplie de petits et grands bonheurs, de belles rencontres et d'échanges et enfin qu'elle soit douce et sereine...
    Je vous embrasse
    A bientôt
    Isabelle

    RépondreSupprimer
  8. Plaisir du soir ce bel article, ouf je n'ai pas tout faux j'ai le premier livre que j'ai acheté suite à la grande libraire,j'ai encore un pull à rayures de la grande Sonia,je vais bientôt me plonger dans le bouddhisme...demain je file m’offrir le livre de Regis Gaudry et j'ai en plus ton livre avec une dédicace particulièrement plaisante ....
    Belle année à toi .
    Je t'embrasse

    manon

    RépondreSupprimer
  9. Belle et Douce Année Marie-Paule et à tous les vôtres !
    Et Merci de nous rappeler de façon si originale, avec ce conte d'Andersen que nos vieilles ruminations, nos vieilles habitudes ne sont que des poids morts qui nous retiennent et nous lestent. Toujours aller de l'avant, rencontrer, partager, OUI, votre programme me plait beaucoup ! Je vous embrasse. A bientôt. Claudie.

    RépondreSupprimer
  10. Une année passée en bonne compagnie, même si la belle Sonia nous l'a faussée.
    Je n'ai plus qu'à vous souhaiter que d'aussi belles personnes puissent être à vos côtés en 2017. Amitiés Athéniennes.

    RépondreSupprimer
  11. Je vous souhaite également une très bonne année 2017. Ce sera un réel plaisir de continuer à vous lire ici.
    Amicalement,
    Jennifer

    RépondreSupprimer
  12. Merci Marie Paule pour votre admirable billet; vos références livresques me conviennent parfaitement.
    Vous êtes une belle personne, et pour cette année, je souhaite que votre cœur continue à déborder d'allégresse.
    Je me permets de vous embrasser.
    danielle

    RépondreSupprimer
  13. J'adore ce post Marie-Paul, je vais m'empresser d'écouter l'emission avec Cyrulnik et me faire livrer cette bible gustative. Je profite de ce message pour vous souhaiter tout simplement une belle année 2017 et de continuer à nous enchanter grâce à vos doux partages. Catherine

    RépondreSupprimer
  14. Très belle année 2017, que ton cœur soit enchanté et que tes découvertes soient toujours aussi merveilleuses.
    J'aime infiniment Boris Cyrulnik, c'est une belle et grande âme, un être lumineux. Il habite dans une petite ville du sud de la France proche de chez moi, au bord de la mer, dans une élégante maison ancienne... à son image.
    Je voulais te dire Marie-Paule, ne sois pas ombragée, je pratique le tutoiement sur la blogosphère parce que je m'y perdais entre les tu et les vous, j'ai trouvé plus simple de faire un choix et comme des amis venaient déposer des mots sur Plumes d'Anges, je n'allais pas choisir le vouvoiement...
    Bises de l'an neuf et douce journée. brigitte

    RépondreSupprimer
  15. Ce pauvre empereur qui finit tout nu devant ses sujets... brrrrr.... de ce temps de givre, ça laisse songeur ;-) Je vous souhaite une belle et douce année 2017 (ce qui n'exclut pas, bien au contraire, de merveilleuses aventures à vivre)

    RépondreSupprimer
  16. Voilà que je zappe sur ton blog via celui de Lisa la grecque, parce que nous portons le même prénom Marie-Paule (SOS) que je dédouble en Mary et Paula, F. bien sûr ! MDR
    Par contre j'aime l'anti-mode et la contre-culture alternative... donc l'année commence le 1er Septembre ou le premier Avril, c'est quand on veut :)

    RépondreSupprimer
  17. Merci merci pour ce billet d'une incroyable richesse. Des voeux comme j'aurais aimé en écrire.
    Je vous souhaite une très belle année portée par la curiosité, si chère à mes yeux.

    RépondreSupprimer
  18. Je te souhaite une belle année Marie-Paul et au plaisir de continuer à visiter ce beau blog. Une année pleine de belles pensées qui font du bien avec Cyrulnik, du temps pour relire quelques livres aimés, continuer à rendre sa vie plus légère et essayer de nouvelles recettes, à bientôt et amitié, Martine

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup Martine, et très bonne année à toi également. Tout ça me va très bien!

      Très amicalement,

      mp

      Supprimer
  19. Merci Marie-Paule. Tous mes meilleurs voeux en 2017 pour vous également.

    RépondreSupprimer
  20. Merci à vous et comme je n'ai pas votre talent pour écrire, je vous souhaite simplement une belle année 2017. Puis-je ajouter un autre Penseur à votre liste: Michel Serres? Béatrice

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Béatrice, merci beaucoup pour votre gentil message. Il y avait beaucoup d'autres personnes à ajouter à cette liste, Michel Serres en fait sûrement partie, mais je le connais très mal. C'est une lacune à combler, car il est une référence pour beaucoup de mes amis infiniment plus érudits que moi.

      Merci encore et très belle année à vous également,

      mp

      Supprimer
  21. un billet magnifique, merci pour vos voeux et il est encore temps de vous souhaiter une belle année riche en émotions, en rencontres, en bonheur, et prenez soin de vous, la santé nous permettant d'apprécier la vie..merci aussi pour le partage, je suis touchée par le chapitre sur le moine bouddhiste, car cela me touche de si près!
    bon WE amicalement

    RépondreSupprimer