Petite leçon d'art de la table 2

J'espère que vous avez passé un bon été. Je suis très heureuse de vous retrouver.

Le numéro de septembre de Marie Claire Idées est sorti hier, et j'avais choisi comme thème de ma rubrique " "Une petite leçon d'art de la table".

J'avais déjà traité ce sujet il y a longtemps pour "Maison Française", mais nous avons décidé de le proposer à nouveau car il semble que vous soyez nombreuses à être intéressées par le sujet. Sur mon blog, cette page est la plus visitée, donc, voici, revue et corrigée un petite revue des us et coutumes pour mettre un couvert à la française. Je ne suis bien évidemment pas une spécialiste, (je cite à la fin quelques unes de mes bibles dans ce domaine) et les arts de la table évoluent avec les époques. Voici donc juste quelques règles de base, et pour les reste, amusez-vous!!

 Sur une NAPPE ronde, on repasse les plis de la nappe. Sur une nappe rectangulaire, on garde  les plis dans la longueur.

En principe, on ne mets pas deux ASSIETTES l’une sur l’autre, sauf s’il s’agit d’une assiette de présentation et d’une assiette plate ou d’une assiette à soupe. (Personnellement, je mets souvent une assiette plate et une assiette à dessert, - comme ici - c’est ABSOLUMENT contre les règles, mais c’est joli aussi.) Les assiettes se placent à deux centimètres du bord de la table, et à cinquante/soixante centimètres l’une de l'autre, si vous avez la place. Et si vous voulez, vous pouvez faire comme dans le générique de "Downton Abbey", mesurer avec une règle, ça vous donnera peut être le sentiment d'y vivre et ça ne coûte rien.



Autrefois...
Au  Moyen âge, l'assiette proprement dite n'existait pas. On utilisait un "tailloir", sorte de plaque rectangulaire en bois, étain, cuivre ou argent, selon la richesse de celui qui reçoit, sur laquelle on posait une tranche de pain rassis, le "tranchoir". C'est sur cette tranche de pain que les mets sont déposés. Au cours du repas, ces tranchoirs s'imbibent des sauces et sucs divers, et sont ensuite distribuées... aux pauvres ou aux serviteurs.

 Heureuse époque...

Les COUVERTS se placent dans l’ordre dans lequel ils vont être utilisés, de l’extérieur vers l’intérieur de l’assiette. En France, les fourchettes se placent toujours les dents tournées vers la nappe, (sauf dans les restaurants, pour ne pas abîmer les nappes), les couteaux côté tranchant vers l'assiette et les cuillères faces bombées visibles. Les chiffres et armoiries sont donc placés sur le dos des couverts.





Dans les pays anglo-saxons, c’est l’inverse, les fourchettes sont placées dents vers le haut. Les chiffres sont donc gravés à l’intérieur des couverts, comme ça.



Autrefois...

La fourchette est introduite en France par Catherine de Médicis à la cour de son fils 
Henri II. Munie de deux dents et servant ... à plusieurs personnes à la fois, elle est jugée peu hygiénique et est très mal acceptée par l'aristocratie française. D'ailleurs, Louis XIV mangeait, dit-on, avec ses doigts. Même Louis XVI préfère piquer les aliments avec la pointe de son  couteau. L'usage de la fourchette ne se généralise qu'à la fin du XVIIIème siècle.

Autrefois, les couteaux à fromage et les couverts à dessert étaient apportés avec chaque assiette par la personne qui faisait le service. Ce n’est plus (ou rarement) le cas et aujourd’hui, et on peut placer ces couverts en haut de l’assiette : d’abord, devant les verres le couteau à fromage et la cuillère à entremet, manche tournés vers la droite, puis la fourchette à dessert, manche vers la gauche.



Les VERRES se placent devant l’assiette, par ordre décroissant de taille, de gauche à droite : d’abord le verre à eau, puis à vin rouge (verre à Bordeaux, puis à Bourgogne si vous servez deux vins rouges), puis le verre à vin blanc. 
Mais là aussi, amusez-vous, dépareillez les époques, les styles. Pour la photo, j’ai utilisé deux verres à eau, mais de tailles différentes pour l'eau et le vin rouge  (Au Bain Marie) et un verre ancien assez rustique pour le vin blanc (Fanette), dont je suis bien incapable de dire ce à quoi il sert réellement.

On peut placer des flûtes à champagne derrière les verres si on dîne au champagne


Autrefois...

 Les lames de couteaux étaient généralement pointues. Mais Richelieu, lassé de voir le chancelier Séguier se curer les dents de la pointe de son couteau, fait passer un édit rendant obligatoires les lames arrondies.

(Chouette époque (bis), où l'on faisait passer des édits dès votre voisin de table vous agaçait.)
 
L’eau peut être servie dans le verre (pas trop plein) avant de passer à table, éventuellement dans une timbale en argent, « à l’italienne ».




Les serviettes peuvent être placées dans l’assiette, pliées en triangle ou en rectangle. Pour les dîners, elle est souvent posée à gauche de l’assiette. Surtout pas de pliages savants, encore moins de serviettes dans les verres.



En haut, à gauche de l’assiette on peut éventuellement placer une petite assiette à pain, qui peut être une soucoupe de tasse à thé, ou n'importe quel petit contenant, plateau en osier etc...


Autrefois, les assiettes et les couverts étaient changés après chaque plat et les porte-couteaux n’apparaissent donc pas dans les dîners. C’est une invention bourgeoise du XIXème siècle qui se prête à toutes les déclinaisons possibles, des plus classiques, en argent, (dans les brocantes),  aux plus personnelles, en utilisant ce que vous avez sous la main.



Le sel et le poivre sont traditionnellement présentés dans des contenants assortis, mais là aussi, inventez les vôtres. J’aime bien présenter plusieurs sortes de sels dans des petits coquillages devant chaque invité. Peut-être parce que j'adore le sel et que ça m'évite de demander en permanence qu'on me le passe. Il y a toujours quelqu'un pour dire "attention, c'est mauvais trop de sel". Je le sais, et ça m'agace.
 Et comme je trouve le poivre « du moulin » meilleur, j’ai trouvé celui-ci à la boutique « Au bain marie », plus raffiné que ceux en bois.





Autrefois...

Au Moyen Âge, le sel qui assure la conservation des viandes et des légumes était une denrée rare et chère, soumise à un impôt, la gabelle. Il représente l'alliance de Dieu et de son peuple. De ce fait, il n'est jamais conservé dans un contenant ordinaire. Les salières sont des objets en or, incrustés de pierres précieuses et ornés de symboles. 
Le sel se désacralise au XVIème siècle et s'orne davantage de motifs liés à ses origines : dieux et symboles marins, poissons.

Au XVIIIème siècle, (pendant que son mari mangeait avec son couteau), Marie-Antoinette lance la mode des salières en cristal bleu serties dans une monture en argent accompagnées d'un moutardier.



Les références historiques viennent de deux livres que j'utilise beaucoup :

"Les Arts de la table, us et coutumes du Moyen Age à nos jours",  de Jacqueline Queneau,  (La Martinière) grande spécialiste de la question, et "La passion des arts de la table" de Inès Heugel, photos Christian Sarramon (Editions du Chêne).


Par ailleurs, Jacqueline Queneau vient tout juste de faire paraitre, toujours à La Martinière, "Comment recevoir à la Française" dont  je vais très vite faire l'acquisition (45€).






Un grand merci à Aude Clément de la boutique « Au bain Marie » pour ses précieux conseils.


Voilà!! et comme il va faire très beau, et  que l'été s'installe nous dit-on,  il me prend des envies de recevoir, et que ce soit aussi joli que dans ce tableau que je trouve adorable.

The End
Albert Fourie, " Repas de noces à Yport" 1886

Posté le 30 août 2014 dans "Recevoir"

20 commentaires:

  1. Merci pour cette petite révision avant la rentrée. Je file me procurer Marie Claire Idées.
    Pour le sel, je fais pareil, une présentation dans de jolis coquillages car je déteste les chassés croisés à travers la table!
    Bonne rentrée
    Elisa

    RépondreSupprimer
  2. Très heureuse de vous retrouver . Visiblement vous revenez de vacances en grande forme , vous avez vraiment écrit un billet très intéressant .... Encore un ....
    Bon , j ai quelques lacunes , et je fais encore des fautes . Mais , pour les Grands jours ( style Noël....et événement +++ ) je ne commets pas trop d impair ..... Mais je peux vous dire qu il y a une chose qui me fait grincer des dents , en matière de " jolie table " c est : La serviette dans le verre " . Roulée et enfilée dans un verre avec les deux pointes qui montent au ciel ......O Seigneur . Après j aime beaucoup le dépareille ....
    Bon je vais noter le livre de J Queneau , on a toujours besoin de références ..
    Douce soirée et bises du sud . Francoise

    RépondreSupprimer
  3. Merci pour ce billet très documenté. Il est toujours bon de se rafraîchir la mémoire !

    RépondreSupprimer
  4. Ouh là là ! Quel protocole ! J'étais loin d'imaginer tout ça ! Un petit retour en arrière ne fait pas de mal non plus... Vos photos sont toujours aussi belles. Et la lumière du tableau est incroyable ! Très bon dimanche à vous.

    RépondreSupprimer
  5. Quel beau billet (je dirais "encore") !!!! J' ai appris et je note la référence du livre.Je dois dire que je ne mets jamais autant de couverts mais au restaurant cela permet d'être moins bête : quel couvert prendre?
    J'aime moi aussi ce très beau tableau champêtre .Il m'a rappelé la grande table que nous avions faite sous le cerisier lors de l'aménagement de notre maison (bien sûr la photos est moins belle !!!).
    Je râle après MCI que je ne reçois qu'après qu'il soit sorti en presse; c'est très frustrant pour les abonnés de toujours (pour moi depuis le premier numéro) .
    Oui , j'y est cru : très beau temps surtout pour dimanche : la piscine était prête mais pour l'instant nous sommes dans la brume !!Bon dimanche ...au soleil?

    RépondreSupprimer
  6. Chère Marie-Paule,

    Je viens de vous lire, et maintenant, j'ai envie, MOI, de recevoir! La table française est si raffinée et aussi, votre écriture. J'ai beaucoup appris au sujet des détails spécifiques comme la nappe; une nappe ronde, on repasse les plis. Sur une nappe rectangulaire, on ne les repasse pas. C'est bon, ça car je n'ai jamais repassé la mienne et je la trouve jolie, toute pliée! Notre été se fane. Je viens de finir la première semaine de l'école au collège et au lycée où j'enseigne aux étudiants le français, mais la saison de recevoir demeure toujours. MERCI! Et je vous souhaite un bon dimanche! (jolies photos, aussi!) Anita

    RépondreSupprimer
  7. Jolie table comme j'aime!
    Bon dimanche. Bernadette

    RépondreSupprimer
  8. C'est vrai qu'il est très beau ce tableau! Quelle magnifique lumière!!!
    *doux dimanche*
    Cécile

    RépondreSupprimer
  9. Un joli billet très instructif, dans l'ensemble je respecte les règles de disposition à l'exception des assiettes, je place également une assiette à dessert sur l'assiette plate !
    Le tableau est ravissant
    Très belle fin d'après-midi et à bientôt
    Bises

    RépondreSupprimer
  10. La table est joliment dressée ! Votre billet est très intéressant et bien documenté. J'aime l'idée d'une petite salière à chaque convive, j'y penserai. Je note également la référence du livre. Le tableau est ravissant et illustre l'art de recevoir . Merci pour ce magnifique billet. Très belle journée.

    RépondreSupprimer
  11. Un billet très instructif ! Mais à la maison, peu importe l'ordre et le sens des couverts... Le principal, c'est que ce soit joli ! ;-) Très heureuse de te retrouver aussi ! A bientôt !

    RépondreSupprimer
  12. Très instructif et de belles tables ; quel bonheur !!!!!
    a bientôt

    RépondreSupprimer
  13. le bon goût préside à ta table...

    RépondreSupprimer
  14. une table pleine de finesse et bon goût, je l'ai adoré
    je suis ravie de ton retour.
    bonne soirée
    rosa

    RépondreSupprimer
  15. Tout de même mieux que la vaisselle jetable. Et si le contenant est beau, il y a obligation à avoir le contenu qui va avec....J'adore le moulin à poivre (je dirais même: pour du neuf...).
    Bon we.

    RépondreSupprimer
  16. J'ai lit cet article sur MCI et je le bien aimé, merci pour le accrocher ici où je peux le garder dans mon ordi.
    Gros bisous.

    RépondreSupprimer
  17. Merci pour ce beau billet : j'ai pu réviser quelques notions acquises dans mon métier au fil du temps. Les anecdotes sont savoureuses et insolites, et que dire de ce magnifique tableau dont les personnages semblent sortis d'un roman de Maupassant !

    RépondreSupprimer
  18. J'adore votre billet et vais me précipiter pour m'abonner à Marie Claire Idée. Merci pour votre élégance et votre culture que vous rendez accessibles à tous.

    RépondreSupprimer
  19. Dear Marie-Paule, what a lovely post. I adore all this information and love the idea of measuring the plates 2" from the edge of the table for a special holiday dinner. I hope you keep this bookmarked on your index so I can return to it! Wishing you a wonderful fall season!

    xo Mary Jo

    RépondreSupprimer
  20. Comme Sophie en dessus je vais vite m'abonner à Marie Claire Idée.
    Même seule avec mon mari pour tous les jours j'aime avoir une jolie table avec des couverts d'argent et verre de cristal.
    Le repas parait tellement plus agréable.
    Merci pour quelques idées que j'ai relevé (les salières coquillage individuelles j'aime bien et autres petites décos pour Noël prochain ou pour une simple fête)
    Bonne journée
    Bises
    Mary

    RépondreSupprimer