La tuile...

A mes voisins que je voulais remercier d'un service rendu, j'ai demandé quel gâteau leur ferait plaisir. Après une rapide concertation ils m'ont répondu "des tuiles avec des raisins trempés dans du rhum". Alors là, j'avoue que je suis restée sans voix. D'abord par orgueil, parce que n'en ayant jamais réalisé, je redoutais le désastre, mais surtout parce que la tuile m'a toujours semblé la pire invention de la tradition pâtissière française, une vraie punition. Ex-aequo avec la langue de chat et les "Pailles d'or" "à la framboise" (tu parles) de notre enfance, au goût de papier. Quel rabat-joie sadique a bien pu imaginer une chose pareille? Pour moi, les desserts -même les biscuits- se doivent d'être voluptueux, mousseux, crémeux, coulants, collants.
Mais bon, je m'étais engagée, je suis donc partie sur une tuile comme ils disent dans Master chef.

Je suis allée chercher  la recette ici, et si cet épisode absolument sans intérêt culinairement parlant peut au moins vous faire découvrir ce blog pâtissier époustouflant, ça aura servi à quelque chose.

La première tentative a été  effectivement un fiasco, une honte, on dirait une manchette incrustée de cailloux, jugez par vous mêmes.


La deuxième fournée, un peu moins, mais pas glorieuse non plus.

Je n'ai pas changé d'avis sur les tuiles, mes voisins ont trouvé ça "super bon", bien qu'un peu "fort en raisins" - et pour cause, j'en avais mis une tonne- mais ils sont vraiment gentils et bien élevés.

Par ailleurs, un peu en manque d'idées, j'avais acheté des légumes "marginaux", du genre qu'on emploie pas souvent, et j'ai improvisé deux recettes que je vous livre bien volontiers.

Primo, avec des gros navets blancs -j'adore les navets, légumes injustement sous-estimés- j'ai réalisé la soupe suivante:



Comme d'habitude, je suis bien incapable de donner des proportions exactes, et j'en suis bien désolée, je fais toujours ça au pif.
En gros, pour trois gros navets, j'ai mis une grosse pomme de terre, un oignon, une feuille de laurier, j'ai fait cuire dans du bouillon et à la fin de la cuisson, j'ai ajouté du gorgonzola. J'ai mixé, et au moment de servir, ajouté des petits morceaux de gorgonzola, (je pense que ça doit être bon aussi avec du Stilton, je n'en ai pas trouvé), de la crème fraîche et de la ciboulette, du sel, du poivre. Franchement très honorable pour ces temps de froid et de crise, ça réchauffe et ça n'est  pas cher du tout.




Deuxio, j'ai fait l'acquisition de patates douces en me demandant bien ce que j'allais pouvoir en faire, étant peu familière de ce légume étrange,


... quand  je me suis vaguement souvenu d'une recette que j'avais lue quelque part, et qui m'avait semblé originale, à savoir du CRUMBLE DE PATATES DOUCES. Pas joli joli, mais pas inintéressant. J'ai donc tenté de reconstituer de mémoire ce que j'avais lu, un jour, je ne sais plus où.


Il faut d'abord couper les patates douces en morceaux, les faire cuire et lorsqu'elles sont très tendres, ajouter du gros sel, du poivre, et pas mal de  beurre, comme pour les pommes de terre, pour rendre tout ça un peu moelleux, sinon, c'est franchement pâteux.

Préparez ensuite le crumble en mélangeant à peu près à part égales de la chapelure et des noix de pécan broyées, du beurre pour arriver à la consistance du crumble classique, (désolée d'être aussi floue), un peu de cannelle, du thym, sel, du poivre. Au four à 180° jusqu'à... ce que ce soit cuit.
C'est assez bon, un peu doucereux à mon goût, mais  inattendu et à améliorer sans doute en ajoutant d'autres épices pour corser un peu la chose.


Voilà...

Très bonne semaine, et merci pour tous vos messages sur le dernier article (ici et aussi sur ma boite mail, j'en ai reçu beaucoup) concernant... le ménage. Ça m'a beaucoup touchée, et aussi fait réfléchir. On dit que faire le ménage libère des endorphines, -qui procurent bien-être et apaisement-. Ce n'est pas moi, mais des psys qui l'affirment. Il semble en tout cas que l'activité domestique engendre un plaisir esthétique, et qu'il y ait quelque chose là-dedans d'infiniment subtil et profond qui lie depuis toujours les femmes -et parfois les hommes- à leurs" intérieurs".

Merci beaucoup. 
The End

Posté le 24 novembre dans "chez moi"

8 commentaires:

  1. Madame,
    Par respect pour les amateurs de Granola, Guet-Apens, Chamonix, Figolu, Sprits, Fingers, Prince, Choco B.N, Palets Roudor, Mikado, Petit Ecolier, Napolitain, et autres gaufrettes Verkade (oui, celles qui sont croustifondantes !!), cessez de pourfendre les biscuits fabriqués industriellement avec amour.
    Aïe Pépitooooo !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cher(e) ami(e)?,

      Loin de moi l'idée d'adopter une position aussi radicale. Mon combat concerne essentiellement la gaufrette sèche, et c'est déjà beaucoup. Il m'arrive de l'étendre occasionnellement aux Choco BN à la fraise et même au Petits beurre, fleuron de la culture française. Mais je suis plus ambivalente sur le Figolu, j'ai des souvenirs d'enfance liés aux Chamonix et je suis encore aujourd'hui grande consommatrice de Sprits/chocolat au lait, émulsifiés au polyricinoléate de polyglycérol.
      Vous voyez, on peut s'entendre.
      Très bonne journée,

      mp

      Supprimer
  2. Le Choco BN à la fraise! Je l'avais totalement oublié celui-là! Pourtant au sommet de l'échelle du pâteux...
    Merci pour le lien vers "C'est ma fournée!", rien que ce titre je salive déjà.
    alice

    RépondreSupprimer
  3. comme toi, je me retrouve à acheter des légumes un peu "hors norme" et après, il faut bien en faire quelque chose !!! je retiens la soupe de navets car c'est un légume que j'apprécie !!!
    pour les tuiles, tu as été bien courageuse car c'est sûrement pas des plus simple
    bonne semaine***

    RépondreSupprimer
  4. Tout à fait excusée pour les recettes "pas tout à fait précises". Moi, surtout pour la soupe, c'est toujours au "pifomètre". Cclle-ci, disons plutôt ce velouté, a l'air délicieux. Et le crumble, même si je ne suis pas fanatique de la patate douce, il me donne quand même envie! Belle semaine

    RépondreSupprimer
  5. J'aime te lire racontant tes recettes et je les note.
    Bisous.

    RépondreSupprimer
  6. merci pour les recettes et le lien cuisine (j'ai déjà testé votre recette de soupe à la courge et céleri rave dont vous parliez précédemment mais par contre, je passe mon tour pour les tuiles) et surtout pour vos quelques notes finales concernant le ménage!
    étant une maniaque incurable et une fan absolue du récurage à gogo, me voilà enfin libérée du carcan de honte et parfois de culpabilité qui m'assaille! je pourrai enfin dire à mon mari que ce n'est pas ma faute mais celle des endorphines et de ma relation intérieure à mon intérieur! ouuuf!!! :-)

    lolabelle




    RépondreSupprimer
  7. Bah voilà ! J'ai faim !!! ;-) heureux sont tes voisins !

    RépondreSupprimer